Le Médiateur

Haïti-Crise : Les Sénateurs de l’opposition ont encore une fois trivialisé le Parlement

0

« Le sénateur « dread » et co viennent de chanter les funérailles du parlement haïtien, une institution vieille de plus de 213 ans d’existence. Ceci est une honte pour toute une génération, pour tout un peuple et toute une race. » (Réginald Mésidor, le messager du Nord)

Nous sommes peinés de constater combien certains Sénateurs de la République s’amusent à fouler au pied l’honneur de cette si prestigieuse institution que devrait être le Parlement haïtien.

Ce mercredi 11 septembre 2019, le Sénat de la République fut à nouveau la scène d’un spectacle des plus humiliants pour la nation haïtienne. Certains Sénateurs de l’opposition, dont Youri Latortue et Antonio Cheramy, dit Don Kato, ont introduit une foule d’individus en fureur dans l’enceinte du Parlement, jusqu’à la salle de séance du Sénat. Y parvenus, les individus se réclamant être des militants ont saboté les matériels se trouvant dans ladite salle.

Cette scène a présenté un tableau des plus controversé dans les environs du Parlement. Des tirs nourris se sont faits entendre alors que les forces de l’ordre essayaient de gérer la situation.

Néanmoins, nous estimons que la coupe de la désorganisation sociale déborde. Il est vrai que la situation économique devient de plus en plus précaire. Mais ce n’est guère un prétexte qui justifie de tels agissements à l’endroit de l’une des institutions phares que représente le Parlement.

La politique devient de plus en plus une activité triviale en Haïti, car de plus en plus de personnes sans morale, sans éthique et sans triture s’accaparent de l’espace politique. À cet égard, nous jugeons qu’il est temps qu’une autre classe de personnes assume la responsabilité politique du pays, car le niveau de trivialité est à son comble.

 

 

L’Archange

Article précédent

Haïti-Coopération : Don de matériels informatiques à la PNH

Article suivant

ANALYSE : Le Parlement haïtien à l’aube de sa caducité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *