Le Médiateur

Haïti-Crise: Note des Maitres en Administration Publique de L’École Nationale d’Administration Publique (ENAP) 3ème cohorte Haïti-Québec

0

Depuis les bouleversements sociaux et politiques provoqués par les évènements des 6 et 7 Juillet 2018, un branle-bas généralisé sur fond de ras-le-bol collectif continue quotidiennement de revendiquer l’avènement d’une nouvelle nation socialement  juste, économiquement plus équitable et politiquement mieux organisée.

Avec une inflation galopante frisant déjà les 20 %, un déficit budgétaire record pouvant atteindre les 36 milliards de gourdes pour l’exercice fiscal 2018-2019 (Le National, fév. 2019) et une assistance internationale de plus en plus rare et inconsistante, l’ombrage du désespoir s’abat sur tout le pays.

Devant l’incapacité flagrante des plus hautes autorités politiques à trouver des solutions efficaces pour satisfaire les revendications légitimes de la population, l’hémorragie ne fait que s’aggraver et provoque le chaos qui s’installe et se renforce de jour en jour dans les rues, dans les foyers et dans les cœurs de chaque haïtien.

Cette situation d’anomie systématique déchaine aujourd’hui la colère de toutes les forces vives de la nation notamment les partis politiques, la société civile, le secteur religieux, le secteur syndical, les associations paysannes, les organisations de base, le secteur ouvrier, le secteur des affaires, le secteur éducatif, la communauté de la diaspora qui réclament à cor et à cri le taboularasa (changement de système).

Face à ce cri de justice sociale, de politique holistique et d’une nouvelle gouvernance complètement tournée vers la mise en œuvre de politiques publiques efficaces, efficientes, pertinentes, durables et à fort impact  communautaire, le groupe des Maitres en Administration Publique (MAP/3ème Cohorte) de l’ENAP- Québec et ancien.ne.s boursier.e.s de l’État haïtien décide de s’allier à la cause du changement en revendiquant l’émergence d’une nouvelle administration publique plus compétente et plus performante visant à fournir le service public aux citoyen.ne.s.

En tout état de cause, le départ du président à la tête de l’État demeure, comme la majorité le réclame, une sanction légitime à son incapacité à réconcilier la nation et sa faillite assumée quant à l’application de l’article 136 de la Constitution. Son départ ordonné du pouvoir, aura l’immense vertu de créer dans l’intérêt du peuple haïtien, le momentum d’une remise en question profonde et totale des inégalités socio- économiques qui nous rongent et permettra de saper les bases du système néocolonial global responsable de nos instabilités chroniques et de notre pauvreté extrême.

Fort de ce qui précède, ce groupe de diplomé.e.s de l’ENAP s’empresse de faire remarquer que le système « est un  ensemble d’éléments dépendant les uns des autres pour former un tout organisé » (Meillet, 1926, p.16). À ce titre, le changement de système que revendique la population ne saurait se résumer à un simple exercice de changement de personnel politique. Tous les éléments ou composantes du système global appelés aussi sous-système doivent subir une transformation. Et c’est là que l’implication active de tous les secteurs vitaux sera indispensable dans la mise en œuvre de ce changement.

Le groupe des MAP, réuni au sein de la troisième cohorte de l’ENAP, juge aussi pertinent d’attirer l’attention de tous/tes les haitien.ne.s sur les principaux paramètres et stratégies associés aux jeux complexes de l’exercice de l’autorité et du pouvoir. Il les invite à rester éveillés afin d’éviter de confondre chantage, manipulation et sens politique comme stratégies de négociation et des jeux de pouvoir.

Aussi, les ancien.ne.s boursier.e.s en profitent pour mettre en garde contre toutes les alliances et mésalliances conjoncturelles qui ne visent qu’à chambarder le pouvoir par haine et conflits personnels, sans aucune motivation véritable pour changer l’ordre social et l’ordre économique d’apartheid, héritage de la société coloniale esclavagiste.

En outre, ce groupe de citoyen.ne.s  signataires de la présente note, tient à rappeler que les périodes de transition politique ont toujours servi à alourdir l’effectif pléthorique de l’Administration Publique Haïtienne. Or, ces nouveaux embauchages généralement ne s’effectuent pas par voie de concours ni ne reflètent les besoins réels en termes de ressources nécessaires. Sans une administration publique réformée, fortement compétente et capable de mettre en œuvre les outils et techniques de management public, tous les changements politiques promis resteront des vœux pieux.

En vertu de tout ce qui précède, ce groupe de diplomé.e.s de l’ENAP recommande:
• D’inclure la réforme de l’Administration publique en première ligne dans l’agenda des changements globaux en capitalisant sur la rentabilité des investissements publics en matière de formation d’excellence. Et face à une telle convocation, le groupe des MAP se dit déjà prêt et disponible à mettre leur expertise au service du pays dans le cadre de la mise en œuvre des changements organisationnels souhaités ;

• De faire preuve d’abnégation afin de canaliser toutes les énergies dans le sens du sauvetage national ;

• De considérer et de prioriser l’aspect “Humain” en toutes choses ;

• De se préparer mentalement à vivre et à subir le changement de système souhaité ;

• De poser le problème de changement tant dans le système global que dans les sous-systèmes ;

• De mettre en place de véritables structures ou de renforcer celles existantes pour enclencher un véritable processus de reddition de comptes ;

• De mettre en place de véritables structures d’actions capable de suivre les différentes phases de la transition ;

• De considérer l’aménagement du territoire comme un passage obligé pour une remise en ordre tant économique, sociale et institutionnelle aux fins d’impulser le développement intégral du pays ;

• De revoir la fiscalité haïtienne non d’un point de vue punitif mais suivant une logique d’équité et de justice sociale.

 

 

 

 

Signataires 

Jean Robert GAY,  MAP
Marie Florance JEAN PIERRE,  MAP
Oriol CHARLES,  MAP
Constance DUVIVIER,  MAP
Irma ASTIER,  MAP
Illercé SOLON,  MAP
Mylove DESHOMMES,  MAP
Tayana A. BELLONY,  MAP
Ketler GUILLAUME,  MAP
 
 

Pour authentification
 
Jean Robert GAY
4211-1159 /3721-0933

Oriol CHARLES
4896-0929

Article précédent

Chambardement du système en Haïti : Cacophonie utopique face à une réalité décevante

Article suivant

ANALYSE: Du pouvoir présidentiel en temps de crise : le cas du président Jovenel Moïse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *