Le Médiateur

L’ANMH et l’AMIH condamnent les actes de violences subis par les journalistes et les médias

2

À travers une note conjointe en date du 10 juin 2019, l’Association Nationale des Médias Haïtiens (ANMH) et l’Association des Médias Indépendants d’Haïti (AMIH) ont demandé à ce que les journalistes et les médias soient libres et respectés dans l’exercice de leur fonction.

Renouvelant leurs sympathies aux journalistes qui sont sortis blessés et les médias ayant subi des attaques lors des dernières manifestations, ces associations de patrons de médias rappellent que les médias et les journalistes travaillent pour tout le monde et méritent le respect de tout un chacun.

« N’attaquez pas leur véhicule. N’attaquez pas leurs locaux. Ne les empêchez pas de circuler librement. N’exercez aucune pression sur eux » , demandent les associations de médias.

« Chaque média voit les choses de manière différente. C’est ce qui confère une certaine équilibre dans les nouvelles et permet à chacun de choisir le média qu’il veut suivre », ajoutent-ils.

« La Presse travaille pour tous afin d’informer tout le monde dans toutes les situations », précise cette note dont les signatures de Frantz Duval et de Venel Remarais apparaissent respectivement comme Président de l’ANMH et de l’AMIH.

Pour finir, les deux associations de médias condamnent avec véhémence les attaques perpétrées contre la Radio Télé Ginen (RTG) et invitent également la police à assurer la protection des travailleurs de la presse dans le cadre leur travail.

 

Le Sage

Article précédent

Gabon: Un migrant d’origine britannique à la tête du Ministère gabonais des Forêts

Article suivant

Haïti-Insécurité: Assassinat d’un policier à Carrefour

2 commentaires

  1. Maintenant, même la presse n’est pas protégée. Lè se pa radyo se jounalis. Asosyasion media ak jounalis yo dwe kondane zak sa yo e mande lajistis poul aji an konsekans

  2. Se vreman regretab le jan de aksyon sa yo rive,fok nou plis toletan aksepte moun ak chwa e opinyon yo sispann viktim jounalis ak media sou preteks se patizan pouvwa se yon dwa yo genyen tou menm jan avew.

Laisser un commentaire