Le Médiateur

Haïti-Crise: 25 propositions qui mesurent l’urgence de l’heure

2

Mise en contexte

Pour une énième fois dans notre histoire de peuple, le cynisme de nos politiques conduit le pays à une situation de crise pluridimensionnelle qui ne cesse de mettre en péril le quotidien de tous les citoyens et citoyennes vivant sur ce coin de terre. En effet, depuis plusieurs mois, de temps à autres, des milliers de manifestants gagnent les rues de la capitale et celles des villes de province pour protester contre l’incapacité, dont l’équipe en place a fait montre, à mener bien la barque du pays. Ajouter à cela, en seulement deux ans et huit (8) mois l’Administration dont le Président Jovenel MOÏSE a l’insigne honneur de diriger a fait objet de vastes scandales de corruption ; dont le plus honteux et le plus difficile à digérer par le peuple haïtien est celui dans lequel son nom est cité plusieurs fois dans le rapport du Tribunal administratif haïtien [la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif] sur la dilapidation du fonds « PETRO CARIBE ». Ainsi depuis lors, il est amputé de toute capacité morale et la légitimité nécessaire pour être le garant de la bonne marche des institutions républicaines.

Outre les manifestations récurrentes, le Président n’a pas pu, depuis sept (7) mois, mettre en place un Gouvernement qui devrait aborder les grands défis de l’heure : aucun budget depuis tantôt deux (2) ans, le taux d’inflation galopant (au voisinage de 20 % ), la perte énorme de valeur de la monnaie nationale par rapport aux devises étrangères, l’absence de croissance économique, la « gangsterisassion » de nombreuses zones du pays, la paralysie incessante des activités économiques et scolaires pour ne citer que ceux-là. Cette situation déconcertante a entraîné la mort de plusieurs haïtiens qui soupirent après l’inauguration de cette nouvelle Haïti qui leur aurait redonné leur fierté de peuple. Nos pensées vont aux familles du jeune Vladimir Fédé abattu lâchement par la police, Jean Yves Joseph et tous ceux et celles qui ont payé de leur vie le prix de l’incapacité de l’État haïtien à assurer la sécurité de ses citoyens.

Devant cette situation catastrophique, la jeunesse, à qui le Président s’est adressé lors de son dernier discours en l’invitant à joindre ses efforts aux siens pour profiter de cette situation chaotique afin d’écrire une nouvelle page d’histoire nationale, se sent interpellée et concernée par le devenir du pays. Il est clair que vu l’état actuel des choses, l’avenir de notre mère patrie dépend d’un acte de grandeur d’âme que la Nation toute entière et surtout la jeunesse de ce pays attend du Président pour écrire cette nouvelle page d’histoire qu’il a lui-même préconisée : sa démission à la tête de la Magistrature suprême de l’État.

Ayant en mémoire de mauvais souvenirs des Gouvernements provisoires et voulant mettre des garde-fous pour éviter de répéter ces luttes intestines et les mêmes erreurs, la Coalition de Jeunesse Haïtienne (CJH), encore une fois, se fait le devoir de proposer à la Nation haïtienne, en guise d’alternative, les propositions suivantes :

1- À court terme

1.1-Démission immédiate du Président de la République, Monsieur Jovenel MOISE;

1.2- Renvoi définitif du cabinet ministériel ;

1.3-Proclamation du/de la Juge le/la plus ancien-ne de la Cour de Cassation comme Président provisoire avec un mandat de deux (2) ans;

1.4-Écourter le mandat de tous les parlementaires jusqu’aux prochaines élections (renvoi du Parlement);

1.5-Formation d’un Gouvernement d’ouverture incluant tous les secteurs vitaux de la Nation tels que: secteur universitaire, secteur religieux, secteur des droits humains, un représentant de l’opposition politique, un représentant de la presse et un représentant de la jeunesse.

1.6- Renforcer l’appareil judiciaire en terme de moyens nécessaires pour poursuivre tous les auteurs et co-auteurs des actes de violence perpétrés dans les quartiers populaires ;

1.7- Identifier et révoquer les Juges corrompus nommés par le Président sous « contrainte » ;

1.8-Entamer des démarches concrètes et sérieuses pour la réalisation du procès « PETRO CARIBE ».

2- À moyen terme et à long terme

2.1-Réduire de 30% le salaire, les frais et les privilèges des hauts fonctionnaires de l’État (Parlementaires, Ministres, Directeurs Généraux etc.);

2.2-Revoir, de façon sérieuse, tous les contrats entre l’État haïtien et les particuliers, notamment ceux de l’EDH;

2.3-Remanier le Conseil électoral actuel, en révoquant les conseillers électoraux indexés dans des actes de corruption;

2.4-Augmenter le salaire des Professeurs de 25% et celui des policiers de 20%;

2.5-Ajuster la base salariale des agents de la fonction publique (contractuels et nommés) ;

2.6-Annuler toutes franchises qui ne sont pas génératrices de richesse et d’emploi en quantité considérable ;

2.7-Percevoir les taxes et impôt en fonction de la capacité contributive des citoyens;

2.8-Définir une politique de production agricole, de façon massive, pour assurer l’autosuffisance en matière de riz et d’autres céréales;

2.9- Revoir les tarifs douaniers/droits de douane pour certains produits dont le riz ;

2.10-Encourager toutes les formes de production locale pouvant réduire l’importation afin de stabiliser la monnaie nationale;

2.11-Fixer la limite de la pension civile et veiller au strict respect de cette limite dans les fonctions publiques;

2.12-Veiller au strict respect de la loi sur la fonction publique;

2.13-Former une Commission technique avec toutes les forces vives du pays pour travailler sur la réforme constitutionnelle déjà entamée et qui prendra en compte:

La révision de la représentation Départementale (un Sénateur par Département)

L’exigence des critères académiques pour être candidat aux élections

La représentation de la diaspora au Parlement

Un maire/une mairesse par commune

Fixer le mandat de tous les élus pour cinq(5) ans pour réduire le coût des élections

Exiger un quota de 40 % de femmes dans toutes les institutions étatiques

Exiger des compétences spécifiques pour être Ambassadeur\Ambassadrice.

2.14-Réduire le nombre de Ministères, en fonction de leur utilité, à onze(11) ainsi:

Ministère de l’Intérieur, de la Défense Nationale et des Collectivités Territoriales

Ministère des Affaires étrangères et des Haïtiens Vivant à l’Étranger

Ministère de la Culture, du Tourisme et de l’Industrie Créative

Ministère des Affaires Sociales et du Travail

Ministère de l’Agriculture et de l’Environnement

Ministère de l’Économie, du Commerce et des Finances

Ministère de la Planification et de la Coopération Externe

Ministère de la Jeunesse, des Sports et l’Action Civique

Ministère de la Santé Publique et de la Population

Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique

Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle.

2.15-Nombre de Secrétaireries d’État :

Secrétairerie d’État à l’Intégration de la Jeunesse

Secrétairerie d’État à l’Intégration des personnes Handicapées

Secrétairerie d’État à la Relance de la Production Nationale

Secrétairerie d’État à la Sécurité Publique

Secrétairerie d’État à la Protection et à l’Exploitation des Ressources Naturelles.

2.15-Restructurer les Forces Armées d’Haïti.

 

 

 

 

 

Pour authentification :

Mikerlange Registe
Coordonnateur Général

Wood-Holden David
Secrétaire Principal

Fait à Port-au-prince, le 29 septembre 2019

Article précédent

Haïti-Crise : Religions pour la paix refuse la demande du Président de la République

Article suivant

Au Canada un groupe de manifestants haïtiens ont envahi le local électoral du Premier ministre

2 commentaires

  1. Le secteur religieux, QUEL QU’IL SOIT, n’a rien à faire dans une laîque république.
    Que diable vous ont donc appris tous ces siècles passés sous la férule impitoyable des religieux? Otez-vous de la tête l’idée trompeuse que le but de la religion est le bien commun. Elles recherchent toutes le pouvoir pour leurs sectes/cultes respectifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *