Le Médiateur

Haïti-Insécurité: Une enquête de l’ONU indexe l’État haïtien dans le massacre de La Saline

8

D’après le Miami Herald, une enquête des Droits de l’Homme des Nations-unies sur le massacre de novembre dans un bidonville d’Haïti pointe le doigt sur le Gouvernement haïtien et soulève des questions sur le filtrage des forces de police du pays.

L’enquête sur le règne terroriste de deux jours dans le quartier de La Saline à Port-au-Prince a confirmé qu’au moins 26 personnes avaient été tuées, certaines par des haches ou des machettes, la plupart par des coups de feu, et leurs corps avaient été emmenés dans des brouettes et abandonnés. Les enquêteurs ont déclaré qu’au moins une douzaine de personnes étaient toujours portées disparues.

Selon l’ONU: « Le massacre soulève de nombreuses inquiétudes concernant les atteintes aux droits humains commises à l’encontre des habitants de La Saline et l’implication présumée d’agents de la [Police Nationale d’Haïti] et de représentants de l’État. »

Les victimes étaient âgées de 10 mois à 72 ans et il y avait au moins deux viols collectifs, dont celui d’un jeune homme de 17 ans.

Le rapport a été produit par la Mission des Nations-unies pour l’appui à la Justice en Haïti et le Haut Commissariat des Nations-unies aux Droits de l’Homme. Les entretiens ont été menés par le service des Droits de l’Homme de la Mission.

Les enquêteurs ont indiqué que des responsables du Gouvernement haïtien avaient exprimé des « réserves quant aux chiffres cités concernant le nombre de morts rapportés à la suite de l’attaque d’un gang. »

« Il n’y avait aucun officier de police impliqué », a déclaré Brice au Miami Herald et affirme: « Vous aviez deux anciens officiers qui avaient été licenciés et aucune unité de la police n’était impliquée … »

Brice a déclaré que la police avait mené deux enquêtes sur le massacre et une troisième sur les raisons pour lesquelles la police n’était pas intervenue – une critique soulevée par les enquêteurs de l’ONU – était en cours. Mais ce que les officiers ont découvert, a-t-il dit, c’est qu’il n’y a pas de troisième policier, a indiqué le rapport de l’ONU, et le massacre a commencé bien après la tombée de la nuit le 13 novembre, et non à 15 heures, comme l’ont indiqué les enquêteurs.

« Il faisait sombre. Il y a eu une panne d’électricité à La Saline et les officiers n’ont pas voulu entrer dans ces circonstances », a-t-il déclaré, notant qu’il n’y avait aucune opération de police dans la communauté.

« Aussi, nous n’avions pas assez de personnes ou d’équipement pour l’arrêter. »

Bien que les estimations sur le nombre de morts et le moment du massacre varient, les conclusions des enquêteurs sur le déroulement de l’incident sont similaires à celles révélées par deux organisations de défense des Droits de l’Homme et la Police nationale haïtienne, selon lesquelles plus de 70 arrêtés pour «actes répréhensibles».

Le rapport, demandé par le Conseil de sécurité des Nations Unies , arrive au moment où l’ONU se prépare à mettre fin à sa mission de maintien de la paix en Haïti en octobre, après 15 ans, et que le pays retrouve une violence meurtrière liée aux gangs et traverse une crise politique.

Des partis d’opposition, des groupes de citoyens et des chefs d’entreprises et religieux demandent la démission du président haïtien Jovenel Moïse à la suite de son implication présumée dans un scandale de corruption impliquant la mauvaise gestion de milliards d’économies réalisées grâce au programme pétrolier PetroCaribe. Moïse a déclaré son innocence et a déclaré qu’il ne démissionnerait pas.

 

 

Le Sage

Article précédent

Dieuseul Simon Desras porte un démenti sur le rapport PetroCaribe

Article suivant

Haïti-Éducation: Des mesures prises pour le bon déroulement des épreuves officielles

8 commentaires

  1. Men sa pa sekrè pou personne, tout rapport yo te déjà fè konnen pouvwa santral lan t enplike jusko kou nan massacre la saline lan.

  2. Antouka nou espérer moun ki enplike yo va reponn devan lajistis e yo peye pou zak barbar sa yo komèt sou population haïtienne lan.

  3. Anpil moun mouri, anpil moun viktim, yo vyole anpil ti jèn fi, anpil timoun vin lage san manman sa papa kounia. Ke lajistis, sitou komisè gouvernement an ansanm avec juge d’instruction yo aji pou kondane koupab sa yo ki masakre inosan sa yo nan la saline.

  4. Jovnel Moïse pa gen pou li deklare inosans li nan dosye Pétro Caribe, se lajistis kap konnen si li enplike ou pa. Dayeur la femme de César doit être au dessus de tout soupçon.

  5. Ce fut un véritable carnage. Que justice soit rendue à la population de la Saline. Une population qui connait déjà tous les maux du monde.

  6. Ce massacre à la Saline constitue une atteinte grave aux droits de l’homme. C’est une violation systématique des droits des individus par l’Etat. Que les organisations de défense des droits humains attaque l’état haïtien par devant la Cour interaméricaine des droits de l’homme afin que justice soit faite.

  7. Leta pa gen dwa pou li ap maspinen pwop pitit li konsa, e surtout sila yo ki deja nan mizè. Lapolis, la justice, pouvwa exécutif lan, yo tout enplike, or se yo menm ki te supoze fè droit moun respecter.

  8. Le problème de l’insécurité en Haïti a toujours été une question d’etat. L’état au plus haut niveau se trouve impliqué dans la situation insécuritaire du pays. Les résultats de l’enquête du massacre de la Saline le prouvent clairement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *