Le Médiateur

Haïti : L’UNESCO demande l’ouverture d’une enquête sur l’assassinat du journaliste Rospide Pétion

8

Condamnant le meurtre du journaliste de la Radio Sans Fin (RSF), Rospide Pétion, la Directrice générale de l’Organisation des Nations-Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO), Audrey Azoulay, demande à ce qu’une enquête soit ouverte le plus vite que possible.

« Je condamne l’assassinat de Rospide Pétion. Il est indispensable d’enquêter sur les violences commises contre des journalistes et de traduire leurs auteurs en justice pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse.», a-t-elle mentionné dans une note.

De plus, la Directrice Générale de l’UNESCO rappelle que le journaliste Rospide Pétion, qui était journaliste de la Radio Sans Fin, a été tué à Port-au-Prince le 10 juin dernier lorsqu’il rentrait chez lui dans sa voiture de fonction.

 

 

Le Sage

Article précédent

Haïti-Crise: Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant l’avoir tué !

Article suivant

Haïti-Politique : Des partisans du pouvoir dénoncent les actes de violence perpétrés lors des dernières manifestations

8 commentaires

  1. Nou espérer nou pa nan l’enquête se poursuit eke véritablement nou jwenn les vrais coupables de ce crime odieux.

  2. Se pa sèl pou li non pou io mande jistis men pou tout lot jounalis io tou paske pa gen youn ki pi inpòtan ke lot tout fè menm travay .

  3. Limyè dwe fèt sou kestion sa. Se pa sèlman pou Rospide Pétion pou nou mande jistis, men pou tout jounalis ki viktim anba main pouvwa yo, nap pale de Jean Dominique, Brignold Lindor, Vladimir Legagneur ansanm ak anpil lot ankor. Li lè pou liberté de la presse garanti nan peyi an.

  4. Nan tan moderne sa, pa kapab gen babouket nan bouche la presse ankor. Fok limyè fèt sou zak sa Rospide Pétion viktim lan e se pou Unesco batay pou yo respecter e pwoteger media yo nan travail yo.

  5. Trop inosan mouri nan peyi an, twop jounalis pèdi lavi yo pandan yo chwazi riske lavi yo pou former popilasion an. Ke lajistis fè travail li afin de capturer et de punir les auteurs, les coauteurs, les complices de cet acte crapuleux contre Rospide, contre la presse en général.

  6. Rospide Pétion ne portait pas sa propre parole, mais plutôt la parole d’une jeunesse frustrée et découragée. Que la lumière soit faite sur ce dossier. Que l’Unesco porte ce fait devant les instances internationales afin que la sécurité de la presse soit assurée en Haïti.

  7. Dans un état de droit, dans une société démocratique, la liberté d’opinion et la liberté d’expression doit être garantie. Justice pour Rospide et tous les journalistes victimes de ce complot contre la presse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *