Le Médiateur

Haïti-Dossier Dermalog : Le Directeur Général de l’ONI, Jude Jacques Élibert défend en vain Martine Moïse 

0

Estimant qu’il y a eu une mésinterprétation de ses dires lors de la réunion tenue récemment avec la commission éthique et anti-corruption du Sénat de la République, le Directeur Général de l’Office National d’Identification (ONI), Jude Jacques Elibert a jugé nécessaire d’apporter plus de précisions autour de la question.

En effet, il a voulu faire comprendre que jamais la première Dame n’a été à Paris pour la signature  d’un contrat avec la firme Dermalog sur le changement du système utilisé par l’ONI.

Il explique que l’institution a sollicité les services d’une compagnie étrangère en raison des problèmes technologiques auxquels fait face celle-ci. Il a aussi précisé qu’à son arrivée à la tête de la dite institution, il a constaté un déficit sur le plan technologique ; des deux (2) grands serveurs utilisés pour le stockage des données de l’ONI, l’un a été complètement saturé et l’autre saturé à 90%.

Il mentionne que les modalités d’appel d’offre ont été respectées. Le contrat signé avec la firme Dermalog s’élève à un montant de 27 millions 700 mille dollars américains a fait savoir le Directeur de l’ONI.

Il continue pour dire que toujours dans le cadre de ce contrat, la firme a fourni à l’ONI des matériels pour la production des Cartes d’Identification Nationale (CIN), dont des serveurs, des kits mobiles, des imprimantes, etc.

Selon le Directeur, la première Dame s’est rendu en France dans le cadre d’une autre affaire non précisée et ce n’est que dans l’avion qu’il l’a rencontrée.

Tout de même, ceci fait l’objet d’une grande coïncidence. Et on se demande, si la première Dame se trouvait en France pour d’autres raisons, pourquoi a-t-elle produit une vidéo expliquant les motifs de sa participation à l’événement en lieu et place du Directeur Général de l’ONI lui-même ?

 

https://www.facebook.com/672095259493356/videos/2026953327385025/

Tout ce qui est clair dans cette histoire, c’est que les faits ne collent pas du tout avec les explications fournies par les concernés. Alors, il revient aux autorités concernées de saisir l’affaire et de faire jaillir la lumière aux yeux de la Nation.

 

Le Médiateur

Article précédent

Haïti-Justice : Clifford Brant Passe aux aveux / Une autre étape dans cette affaire

Article suivant

Conflits entre employés et responsables de la compagnie de transport scolaire « Dignité »

Laisser un commentaire